Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 14:14

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/2011/12/14/fusion-plie-mission-locale-et-maison-de-lemploi-dans-le-nord/

Mes commentaires sont en bleu, en noir italique, ce sont ceux de YD.

 

Monsieur , à lire ce commentaire de mon ex collègue, je souhaite avoir un droit de réponse concernant le GIP AGIRE VAL DE MARQUE dont j’ai démissionné en février .

Yannick a dit :Bonjour M; le Professeur,

6 mois après la constitution du GIP AGIRE par les communes du Val de Marque (MDE + ML + PLIE … MDE structure porteuse).

Ce message n’est pas un bilan, notamment au sens financier du terme, il est un peu tôt. Même si ça reste l’une des questions principales. Il est juste un point d’étape sur les difficultés rencontrées et les plus values opérées:

Les difficultés:

Elle sont d’ordre comptables et administratives:

Considérations comptables:

Mise en place d’une comptabilité unique, mais analytique afin de bien séparer les entrées de subventions et les dépenses afférentes. Pas de mélange des genres, pas de subventions qui irait remplir une fonction qui n’est pas la sienne. Pas de “pot commun”. Les GIP n’ont aucune obligation d’embaucher un CAC (le commissaire du Gouvernement veille), mais nous avons fait ce choix … question de transparence. Nos comptes font l’objet d’une publication annuelle au JORF.(toutes les associations font l’objet d’une pubication des comptes au JORF)

Dans toutes les associations qui bénéficient de subventions, il y a une comptabilité analytique, et forcément, les subventions doivent faire l’objet d’un suivi des dépenses en rapport avec leur objet, ce n’est pas une particularité du GIP. Dans un GIP, c’est seulement plus lourd et plus fastidieux. Ex : Mission locale : suivi FIPJ, FDAJ, Permis Hirsch , FSE parrainage etc….Avec la formation du Gip, il faut faire de l’analytique à deux niveaux, d’une part la structure et ses financeurs, d’autre part, les différents budgets au sein de chaque structure..Bonjour la complication analytique. Coût en temps passé sur des problèmes qu’on n'aurait pas sans le GIP.

Le GIP AGIRE a d’ailleurs pour ce faire dû engager un expert comptable pour la mise en place et le suivi de cette comptabilité que le comptable ne savait pas faire seul.

Les comptes de bilan vont fusionner donc seront moins facilement lisibles sur chaque dispositif et le compte de résultat devra faire l’objet de trois comptes de résultat analytiques pas forcément acceptés par les financeurs d’autant plus que MDE, ML et PLIE n’ont pas les mêmes missions du tout, même si tout tourne autour de l’emploi.

Le compte de résultat global ne sera pas parlant pour les financeurs différents et les comptes de résultat analytiques ne sont pas validés par le CAC ou alors, il y aura encore là un coût supplémentaire.

Yannick a dit :Comptes bancaires: 3 objets sociaux = 3 banques et 3 comptes différents pour le moment. Nous travaillons sur la possibilité d’une réunion des comptes dans une seule agence, un compte principal et 3 sous comptes afin d’éviter de tirer les lignes de trésorerie et payer les pénalités.

Concernant les lignes de trésorerie , il y a danger de voir une des structures pomper la trésorerie d’une autre plus saine et je ne pense pas que les financeurs voient cela d’un bon œil. Ce genre de dérive va très vite si on n’a pas des gestionnaires rigoureux et vigilants.

Yannick a dit :Mise en place d’une fiche de paie harmonisée, la même pour tout le monde. Pas réellement évident à faire il faut harmoniser les pratiques. … Harmoniser les pratiques lorsqu’il n’y a qu’un seul comptable, je ne vois pas le problème, les fiches de paye n’ont rien de compliqué.

Par contre, le coût de la masse salariale augmente, car le passage à plus de 20 salariés alors que la ML et la MDE ne dépassait pas ce seuil entraine des coûts supplémentaires, FNAL ? Formation professionnelle… 12 000 euros en plus sur la taxe sur les salaires car on ne bénéficie plus de trois fois l’abattement de 6000 €, mais une seule fois …etc…..

Yannick a dit : La ou il y avait 2 responsables financiers, il n’y en a plus qu’un. (le second ayant pris sa retraîte). La ML 36h et 6 RTT … les autres 35h/sec …. accord négoscé avec les DP pour mettre tout le monde à 36h/6 jours RTT … validé par notre CA le 11 Mai dernier.

Par contre , harmoniser les pratiques au niveau des RTT, cela a demandé beaucoup de temps, beaucoup de négiociations et cela a eu un coût non négligeable.

Il eut aussi été utile d’harmoniser les salaires, car les MDE, comme on le sait, sont issues d’une volonté politique de terrain et ont bénéficié à leur création de financements importants, les élus locaux ont alors embauché des gens qui leur étaient proches politiquement avec des salaires prohibitifs comparativement aux salariés des missions locales qui s’en étaient toujours tenues à leur convention collective. La création du GIP a entrainé bien des grincements de dents. J’ajoute que 90% des cadres issus de la MDE sont objectivement des soutiens politiques du président et ne s’en cachent pas. Ce n’est pas le cas du PLIE et de la Mission locale où personne n’affiche ses orientations politiques.

Yannick a dit :Considérations administratives:

Difficultés à expliquer aux partenaires et créanciers notre nouvelle organisation (notamment les financeurs, DIRECCTE, collectivités, FSE …). Beaucoup de mails envoyés. D’informations dispensées. Difficulté tant que le nouveau numéro SIRET n’est pas attribué, notamment pour les déclaration obligatoires, les contrats et les DUE. EVIDEMMENT .

Considération RH:

Aucun problème suite à la fusion.

NO COMMENT ! Il faut s’empresser de rire de tout de peur de n’avoir à en pleurer !

 Yannick a dit :Mes colléges ont fait l’objet d’informations collectives et individuelles, pendant 2 années. Les interrogations ont toujours eu leurs réponses. La règle était la transparence! Les DP se sont impliqués. Aucun remous. Aucune gréve. Je leur ai promis que rien ne changerait pour eux. Ils m’ont fait confiance … et? Rien n’a changé pour eux … transfert des contrats de travail au titre de l’art. L 1224.1 du code du travail.

Une démission dans la SAGOui, en effet, c’est moi la démission qui faisait suite au poussage à la porte de la secrétaire de direction du PLIE quelques mois avant (rupture conventionnelle après grosse depression ). Nous avons clairement l’une et l autre ,rendu publique nos colères et nos reflexions qui sont restés lettres mortes.

Yannick a dit : la connaissance commune des dossiers nous a permis de rester à 3 (un responsable financier/ Une assistante de Direction / Un conseiller juridique et RH) …Précisons que le conseiller juridique est un stagiaire qui est passé cadre en 18 mois contre l’avis de la directrice. On a appris ensuite que ce monsieur avait la carte au parti du président et se prépare à participer aux communales au côté de la vice présidente, rien de bien sain. Le président a clairement outrepassé ses droits en embauchant ce jeune juriste car comme vous le savez, dans un GIP, c’est le directeur nommé par le CA qui a la charge et la responsabilité des ressources humaines.

Yannick a dit :on se partage les missions, nous travaillons plus que nos 35h mais appliquons les périodes “pleines et creuses” nous rattrapons en période d’été. Vu la masse de travail? Soudés comme jamais! Pour appliquer des horaires variables, il faut annualiser le temps de travail, ce qui n’a pas été fait au GIP AGIRE. Mais, c’est clair, que la complexité de la mise en place et du suivi des trois dispositif donnent un travail considérable dont chacune des structures aurait pu faire l’économie. Il eut mieux valu se concentrer sur les problèmes d’emploi.

Yannick a dit :2 embauches CDD de 12 mois sur une action expérimentale. 2 embauches CAE. 2 stagiaires de bac +5 acceptés et rémunérés pour 4 et 6 mois.

Rien a voir avec le GIP, les deux CDD sur 12 mois étaient déjà embauchés avant la création du GIP et dans chacune des structures, il y a toujours eu des embauches en CDD sur des projets ponctuels, tout comme au temps du plan de relance en 2010 pour les Ml .

Yannick a dit :J’en oublis certainemant. Ce post est juste un petit panorama de “terrain”.

Mais tout roule. Le Val de Marque ne fait pas trop parler de lui, et pour moi c’est bon signe pour le moment. Je précise qu’en deux ans, il y a eu 15 départs, deux retraites non remplacées, deux licenciements dont la directrice de la MDE (fallait faire de la place, n’en garder qu’une),( le deuxième licenciement fait l’objet d’un procédure aux prudhommes) , des mises à disposition qui ont souhaité retourner dans leur commune, trois ruptures conventionnelles, six démissions, des successions de contrats précaires.

Yannick a dit :Rendez vous dans 6 mois pour un autre bilan, financier et terrain.

Eh, bien , en conclusion, il me semble que le bilan à faire n’est pas de savoir si le petit club GIP va bien et si on y est content, mais bien de savoir si ce GIP est en effet opérationnel sur le terrain, plus efficace, plus innovant, plus dynamique pour créer une dynamique de création d’emplois, de formations opérationnelles et utiles dans un Val de Marque marqué par 25% de chômage chez les jeunes. C’est bien cela l’essentiel, il me semble.

Mes respects

C B

 

Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 09:08

JOURNEE MONDIALE DE L'EAU

Une file record aux toilettes

http://www.dhnet.be/infos/societe/article/253727/une-file-record-aux-toilettes.html (23/03/2009)

La plus longue du monde, 756 personnes, à Bruxelles, pour l'Unicef, avec Justine Henin

BRUXELLES C'est un record insolite qui s'est inscrit ce dimanche au Livre des records : la plus longue file d'attente... aux toilettes ! Un événement organisé par l'Unicef à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau.

756 personnes y ont pris part et la performance, dûment homologuée, sera donc inscrite au Guinness des records. Évidemment, ces 756 personnes, dont faisait partie Justine Henin, ambassadrice de l'Unicef, ne de-vaient pas se soulager, mais leur présence était l'occasion de lancer la campagne WaSH qui vise à sensibiliser le public à l'importance de la problématique de l'eau.

"Nous devons tous y être sensibles quand on sait qu'un enfant meurt toutes les 20 secondes par manque d'eau potable et d'hygiène et que près de la moitié des enfants n'ont pas accès à des toilettes ", a déclaré l'ex-numéro 1 mondial du tennis féminin. Les personnes qui ont fait la file dimanche représentaient symboliquement le 1,2 milliard d'humains privés de toilettes.

Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 09:45

Dessin de Kroll pris sur le soir.be

Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 11:15

En tant qu'enseignante retraitée, je ne peux que me joindre au mouvement de colère des enseignants.

L'enseignement , ce n'est pas seulement l'affaire des enseignants, c'est un problème de société.

"Un bon citoyen, c'est quelqu'un qui est capable de manifester pour la construction d'un lycée, même s'il n'a plus d'enfant. "

"Pour fermer des prisons, construisons des écoles" . Hugo

Face à un ministre, on ne peut plus suffisant et méprisant, qui n'a aucun respect pour les enseignants et tend à les faire passer pour des irresponsables et des agités faisant grève pour rien, usant aussi de comparaison pour essayer de faire naitre le rejet de "ceux qui travaillent" contre les fonctionnaires, je ne peux que faire paraitre sur mon blog cette lettre d'un enseignant à son inspecteur.

A M. L'Inspecteur de l'Éducation Nationale

circonscription de Lodève

Monsieur l'Inspecteur,

Je vous écris aujourd'hui pour vous faire part de mes réflexions et de mes décisions, qui m'amènent à entrer en résistance contre les multiples réformes néfastes que nous subissons aujourd'hui dans les écoles.

Depuis septembre est mise en place « l'aide personnalisée » qui se déroule à raison d'une demi-heure le matin sur mon école. La mise en place de ce dispositif sert de prétexte à la suppression des RASED.

Je suis extrêmement mal à l'aise pour expliquer aux parents de mes élèves que les faire lever tôt le matin avec quelquesuns de leurs camarades, pour travailler sur quelques « points non acquis » est une bonne chose pour leur enfant. De même

comment l'expliquer aux élèves, quand on sait pertinemment que mettre en place ce dispositif revient à accepter la disparition des RASED, alors qu'un grand nombre des élèves qui se trouvent dans ma classe bénéficient ou ont bénéficié des services indispensables rendus par mes collègues du RASED. Ces collègues ont reçu une formation importante pour travailler avec les enfants, mais aussi avec les parents. Ils font un travail spécifique que je ne peux prétendre remplacer en prenant « des petits groupes » tous les matins.

En toute honnêteté, je refuse de travailler cette façon. Aussi, j'ai décidé que dès la prochaine période, à la rentrée

des vacances de Noël, après en avoir parlé aux parents, je prendrai ma classe entière, en deux groupes, pour

travailler sur un projet (théâtre, journal, site internet de la classe...) que nous déciderons d'ici là avec l'ensemble de

mes élèves.

Depuis l'an dernier, sont proposés des stages « de remise à niveau » pour les élèves de CM. Ces stages se déroulent dans un cadre de l'école pour des enfants « en difficulté ». Ils sont assurés, pour la plupart, par des enseignants payés en heures supplémentaires défiscalisées. Deux choses:

- Cette défiscalisation participe au démantèlement des droits sociaux (en particulier sécurité sociale). Quel rapport avec mon métier ? Beaucoup de mes élèves qui connaissent des difficultés d'ordre scolaire sont aussi issus de familles qui sont en difficultés sociales. Accepter un tel dispositif revient à mettre ces familles encore plus en difficulté, avec, par exemple le non remboursement de leurs dépenses médicales!

- sur le plan strictement pédagogique, je suis convaincu que le cadre proposé n'est pas adapté pour aider et surtout valoriser mes élèves. Au contraire, ces dispositifs participent à leur stigmatisation. Leur ressentiment compréhensible sera plutôt d'être privé d'une partie de leurs vacances car ils « ne sont pas bons ».

En toute honnêteté, je refuse de travailler de cette façon. Je ne me porte évidemment pas volontaire pour ces stages, mais je ne fournirai plus désormais les noms d'élèves susceptibles de subir ces stages de remise à niveau. Je préfère travailler (bénévolement) en lien avec les structures associées à l'école, comme la bibliothèque municipale, qui met en place gratuitement, pendant les vacances, des projets autrement plus bénéfiques aux apprentissages, et qui valorisent les enfants.

Enfin, depuis la rentrée, le « service minimum d'accueil » est appliqué. C'est un dispositif de limitation inacceptable du droit de grève des salariés, et ça le sera encore plus lorsque les décrets d'application concernant le dépôt des préavis de grève seront parus. D'autre part les élus de ma commune ont délibéré démocratiquement en Conseil Municipal, et refusent la mise en place de ce dispositif. La commune est pour cela, comme 22 autres communes dans le département, assignée devant le Tribunal Administratif par M. le Préfet.

En toute honnêteté, je refuse de participer aux attaques contre le droit de grève. Aussi, en réponse à l'appel de mon organisation syndicale, et par solidarité avec les élus de ma commune, je n'envoie pas de déclaration « d'intention » lors des mouvements de grève. Je continue bien évidemment à prévenir le plus tôt possible les parents de mes participations aux journées de grève.

Je suis conscient des conséquences possibles pour moi de cet acte de désobéissance que je rendrai publique.

Je vous prie de croire, Monsieur l'Inspecteur, en ma détermination et à mon attachement à un service public d 'éducation qui participe à l'émancipation des élèves et qui respecte ses personnels.

Philippe Cherpentier

adjoint classe élémentaire

CE2-CM1

école G. Brassens, 34230 Paulhan

co-secrétaire départemental de SUD Education.

 

PETITION A SIGNER http://www.sauvonslesrased.org//index.php?p=4&cle=9b87ce4c

Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 20:03

11 novembre 2008    Déclaration d’Atiq Rahimi


Informé de l’arrestation dans la région de Calais de dizaines de jeunes Afghans qui tentent de passer en Grande-Bretagne, de leur placement en rétention au CRA de Coquelle et des menaces d’expulsion par charter qui pèsent sur eux, l’écrivain franco-afghan Atiq Rahimi, prix Goncourt 2008 fait la déclaration suivante :

La présence en France de ces 54 jeunes afghans témoigne de la situation que connaît actuellement l’Afghanistan.

Les renvoyer dans leur pays c’est les condamner à un avenir incertain, c’est prendre le risque de les laisser aux mains des fondamentalistes qui détournent le désespoir de cette jeunesse à des fins religieuses extrémistes.

Pour combattre l’obscurantisme , les armes à notre disposition sont multiples ; mais la plus sûre et la plus efficace est l’éducation. En offrant l’asile à ces jeunes, comme elle le fit pour moi en 1985, la France les aidera à poursuivre leurs études et à ne pas tomber dans l’abîme de l’ignorance.

Atiq Rahimi
Lauréat du prix Goncourt 2008


A Calais, les 7,8,9 novembre, la police s'est livrée à une chasse à l'homme, type chasse à courre avec hélicoptères, projecteurs et chiens pour débusquer une cinquantaine de jeunes afgans qui se cachaient dans la jungle.
D'habitude, on les gaze et on brûle leurs maigres affaires.
Ces jeunes afgans viennent en majorité du Pakistan où ils ont fui dans un premier temps.
On sait que si on les "largue" en Afganistan, ils seront mutilés , puis executés; c'est ce qui est arrivé aux précédents expulsés, notamment d'Australie.
Peu importe, ce sont des clandestins, des sans papiers, des gens qui ne respectent pas nos lois.
De la racaille, quoi . Nettoyons - la au charter !
Nous pouvons dormir sur nos deux oreilles, la loi est de notre côté. Et, politique du chiffre oblige !
NO COMMENT !!!
Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 09:08
En tout cas, si la France traite des êtres humains comme cela,link ce n'est pas en mon nom. Il y a d'autres moyens de traiter des êtres humains qu'en les enfermant comme des voleurs.
Les sans papiers ne sont pas forcément des clandestins et s'il faut régler le problème de l'immigration, faisons le dignement.
Et, arrêtons de fabriquer des sans papiers à force de changement de lois.
Je sais, je me répète .... Et je le ferai tant que l'Europe traitera les étrangers comme des déllinquants.

Encore une femme de 60 ans qui s'est immolée en desespoir de cause parce que son compagnon arménien allait être expulsé !
Combien faudra-t-il encore de morts avant qu'on ne réflechisse à un traitement humain de toutes ces situations compliquées ?

Et, qu'on ne me dise pas que je veux soutenir une islamisation de la France, ou que je suis naïve, ou que je ne vois pas clair ou que je soutiens une immigration massive, NON, NON, et NON.
Je soutiens un traitement humain et digne de situations complexes.
Je sais faire la différence entre des crétins qui sifflent la Marseillaise et des braves gens qui se retrouvent dans des situations de désespoir profond alors qu'en toute bonne foi, ils ont voulu s'intégrer, travailler, payer leurs impôts, être des consommateurs respectables et ont eu la malchance d'être dans le mauvais créneau et au mauvais moment pour étre régularisé.

Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 15:51
Mon Dieu, que c'est consternant, cette télé !
On en a été privé pendant une dizaine de jours, et c'était aussi bien.
Mais, voici qu'il pleut, il fait froid et le vent souffle. Pas envie de sortir, le soir.
Bien sûr, on pourrait lire, le journal, un bon bouquin..... faire de la patisserie, de la tapisserie....broder ou tricoter au coin du feu.... ouais !
Avec Belgacom, on a une cinquantaine de chaines... Mais, circulez, y a rien à voir !
Les séries sont de plus en plus navrantes, pas de scénario, pas de suspenses, pas d'énigmes, des éternels mêmes acteurs qu'on retrouve partout.
Et, les polices scientifiques avec le moustique du 20ème étage à qui on fait une prise de sang, car il a probablement piqué l'assassin, le talon aiguille, arme du crime, qui a des traces de litière d'un rare chat sphinx et l'écharde retrouvée sur le corps de la victime qui provient d'un arbre qui ne pousse qu'en Patagonie du sud-ouest dans le village tralalatsointsoin et qu'il y a qu'une seule personne qui vient de là, dans tout Miami. Pffff !
Les toujours mêmes historiettes des héros, amour entre collègues, le divorce compliqué du chef, l'ancien qui a un compte à régler avec son passé, l'inévitable blonde canon botoxée ou blanchâtre, et la fofolle , plutôt ronde, mais qui a une intelligence ou un talent exceptionnel. J'en passe et des meilleurs.
J'oubliais le quotas de noirs ou de basannés pour faire croire qu'en France, on n'est pas racistes.
J'oublie "super médeçin", "super kiné", super brocanteur", "super juge d'instruction", "super women, premier substitut du procureur ".... ça m'éner er er ve !
D'ici qu'il nous ressorte Sébastien avec "j'ai écrit un texte" et le "propre sur lui" Drucker avec ses aMMMMi(e)s, sans oublier Flavie, puits de science et de culture .

Ah, non ! Plus de Poivre d'Arvor, TF1 a rajeuni la chaîne, c'est vrai que les vieux, ça faisait nul et pas branché.
Et, il nous ont mis une blonde au sourire formaté qui parle des victimes en Haïti ou de la neige tombée au Libéria sans décrocher l'identique sourire d'une info à l'autre.
"Je suis PROFFF ..essionnelle, je ne montre aucun sentiment, je transmets l'info ."
Enfin, info ??? Avant hier, on nous montre bien les photos des talibans avec les objets pris sur les soldats français en Afghanistan, et le lendemain, on nous montre bien les parents des mêmes soldats français qui sont choqués par les photos.. Comme ça, on aura tout bien vu .

Après ça, les pubs. Les deux vieux béats qui téléphonent pour se renseigner sur la convention "obsèques", on se demande pourquoi ça se termine pas par " Pourvu qu'on meurt bientôt, ça fera plaisir aux enfants, ils n'auront rien à faire, rien à penser et ils toucheront le capital, YES ." D'ailleurs, il aurait pu reclasser Poivre dans cette pub .

Enfin, ça va, je râle donc je suis en bonne santé !
Faut positiver !

Va falloir penser à trouver les DVD des bons films que j'ai râté. Il doit y en avoir quand même. Dites moi, oui, dites moi ouiiii ,Please !
Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 11:55

Amoureux au ban public - TF1 20h
envoyé par comcimade

J'ai franchement du mal à comprendre pourquoi on fait n'importe quoi, dans mon pays.
La chasse à l'homme est devenu banalité et sous couvert de vouloir une immigration choisie, on en devient odieux et immonde, .... inhumain. Tous les mariages mixtes sont suspectés d'être blancs.

Tout comme cette photo en Italie. On criminalise tellement l'étranger, qu'on finit par devenir insensible, comme si ce n'était plus des humains.
Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 16:28
C'est la nouvelle mode chez les petits patrons

Utiliser les gens à l'essai  pendant les grosses périodes de boulot !
Leur faire croire que c'est en vue d'un CDI !
Renouveler le mois d'essai ! ça fait deux mois !
Ne rien dire pendant ces deux mois, aucune remarque, aucun conseil !
Et, la veille de la fin du deuxième mois d'essai, convoquer la personne et lui dire qu'on ne peut la garder avec des raisons du genre: " tu n'es pas assez rapide", "tu manques d'expérience", "tu ne t'entends pas avec l'équipe" .....
Et, le tour est joué. Vous avez eu quelqu'un qui s'est investi à fond pendant une période dure ,qui a fait un max d'heures supplémentaires.
 - Fête des mères -  St Valentin - Ouverture d'un nouveau magasin ...
Et, lorsque la période est calme, vous vous débarrassez de l'employé sans problème, car vous aviez bien calculé la période d'essai....
Exemple : la période d'essai se termine mi-juillet ou le 31 décembre, car Aout ou janvier, c'est mort pour les fleuristes .
C'est la nouvelle manière de prendre les gens en CDD sans payer les indemnités du CDD.

En plus, faire croire à la personne que tout va bien jusqu'au dernier jour.
Et, dévaloriser la personne en lui faisant croire qu'elle n'est pas bonne, qu'elle est incompétente, qu'elle n'a pas les qualités requises. NUL NUL NUL !!!!!

Alors que tout est programmé, c'est clair !

BRAVO les fleuristes qui ouvrent plusieurs magasins et qui exploitent des jeunes qui en veulent !

Alors, si vous voyez un magasin de fleurs qui vend des bouquets pas chers en libre service, demandez-vous sur qui le patron se fait son bénef, et demandez un peu aux vendeuses si elles ne sont pas à l'essai.

Un conseil, évitez les commerces où le personnel change tous les deux mois !
Evitez aussi les chaines de fleuristes. Ce ne sont pas des artisans fleuristes qui aiment leur métier, ce sont des vendeurs de fleurs qui veulent seulement faire du fric !

Normal de gagner sa vie ! Oui, mais pour tous !

Faire travailler plus les gens, seulement dans la période qui convient au patron. Qui est-ce qui gagne plus ?
Payer les gens au SMIC pendant la période dure et les virer avant la période calme !
Reprendre quelqu'un ensuite, quand les affaires reprennent !
Attention, bien calculer les deux mois et surtout, bien laisser croire que c'est pour un CDI .
C'est pas une idée qu'elle est bonne ???

En calculant bien : octobre-novembre
                                     TOUSSAINT
                               février-mars
                                     ST VALENTIN
                               mai-juin  
                                     FETE des MERES - COMMUNIONS - MARIAGES

C'est tout bénef ! Vous avez dit CDI ? Non, six mois par an !

A BAS, LES EXPLOITEURS !

Après, on dit sur les jeunes . Y a de quoi se démoraliser , non ?




Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 14:39


Encore beaucoup d'otages vivent en enfer !


Emilio Moncayo, le plus jeune et le plus ancien captif des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Alors agé de 19 ans, ce caporal de l’armée colombienne a été fait prisonnier avec dix-sept autres soldats le 21 décembre 1997. Ce jour-là, leur base militaire, située à Pastacoy (près de la frontière équatorienne), venait d’être attaquée par les Farc.

En 2001, seize membres de ce groupe d’otages ont été relâchés grâce à un accord humanitaire intervenu entre les autorités colombiennes et la guérilla. Pablo Emilio Moncayo et l’un de ses camarades à peine plus âgé, José Libio Martinez, sont restés aux mains des preneurs d’otages. Après dix ans et plus de six mois passés dans la jungle, ces deux hommes détiennent le record de la détention la plus longue parmi les captifs de Colombie.

Le père de l'otage a ému toute la Colombie

Le nom de Pablo Emilio Moncayo est sorti de l’oubli grâce à l’action de son père Gustavo. Professeur en sciences sociales, Gustavo Moncayo a parcouru en 2007 plus de 900 kilomètres à travers le pays « pour défier l’indifférence des Colombiens » et les alerter sur le sort de son fils. Le marcheur obstiné a ainsi ému tout le pays. La presse l'a comparé à Gandhi ou Martin Luther King. Fin 2007, il s’est rendu en France, à l'invitation de la Fédération internationale des comités Betancourt, et dans d’autres pays européens.

Le 22 juin dernier, la guérilla a rendu public une nouvelle « preuve de vie » de son fils. Dans cette vidéo connue de la famille depuis avril (voir ci-dessus), Pablo Emilio adressait un message d’encouragement à Ingrid Betancourt, dont les dernières images connues laissaient craindre un état de santé déplorable. « Ingrid, je vous invite à continuer, à vous lever », déclare-t-il tout en lui demandant de ne pas se laisser avoir par « la forêt et par l’enfermement ». Le 2 juillet 2008, alors que la Franco-Colombienne était exfiltrée de la jungle après six ans et demi de captivité, le Pr Moncayo avait repris son baton de pèlerin. Il a aussitôt rallié Bogata pour rencontrer les otages colombiens de retour chez eux.

Ingrid Betancourt, libre, et Gustavo Moncayo, partagé entre la joie procurée par cette libération et la tristesse de savoir son fils toujours captif, devraient rapidement entrer en contact et unir leurs efforts. Interrogé par M6 le 6 juillet, le père du caporal Moncayo s’est adressé au président Sarkozy, à qui il demande de continuer à apporter son aide.

Au Sénat, le message a été entendu. Ce sont les portraits des vingt-cinq otages politiques détenus par les Farc qui devraient orner prochainement la façade de l’édifice.

 

Repost 0
Published by clo - dans Coup de sang
commenter cet article