Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 09:08
Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 09:11

Rita et le fusil

 

Entre Rita et mes yeux, un fusil

Et celui qui connaît Rita se prosterne

Adresse une prière

A la divinité qui rayonne dans ses yeux de miel

 

Moi, j’ai embrassé Rita

Quand elle était petite

Je me rappelle comment elle se colla contre moi

Et de sa plus belle tresse couvrit mon bras

Je me rappelle Rita

Ainsi qu’un moineau se rappelle son étang

 

Ah Rita

Entre nous, mille oiseaux mille images

D’innombrables rendez-vous

Criblés de balles

 

Le nom de Rita prenait dans ma bouche un goût de fête

Dans mon sang le corps de Rita était célébration de noces

Deux ans durant, elle a dormi sur mon bras

Nous prêtâmes serment autour du plus beau calice

Et nous brûlâmes

Dans le vin des lèvres

Et ressuscitâmes

 

Ah Rita

Quoi a pu éloigner mes yeux des tiens

Hormis le sommeil

Et les nuages de miel

Avant que ce fusil ne s’interpose entre nous

 

Il était une fois

O silence du crépuscule

Au matin, ma lune a émigré, loin

Dans les yeux couleur de miel

La ville

A balayé tous les aèdes, et Rita

Entre Rita et mes yeux, un fusil

Repost 0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 08:59
A quoi ça sert le cochonnet quand t'as pas les boules ?
A quoi ça sert les frites si t'as pas les moules ?

                                                                                                         Baschung
J'écume
Repost 0
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 17:48
Repost 0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 16:14

PAROLES MAGNIFIQUES

Au diable ma fierté À genoux je viens supplier Je voudrais juste que la justice Soit un peu plus juste cette fois

Au diable ma fierté À genoux je viens supplier Car la justice a été trop juste Encore une fois

C’est une tragédie Une nouvelle marche en arrière Leur partielle, meurtrière justice A posé son gros cul sur le droit des pères

C’est une tragédie Une nouvelle course à l’envers La justice a posé son gros cul Sur le droit des pères

Si je t’écris aujourd’hui Mon enfant, de ma nuit C’est pour que tu saches Que si j’ai tout perdu Comme un chien je me suis battu Pour mon droit de t’aimer Comme un papa peut aimer Ils m’ont laisser errer sans toi Dans ma colère Ils ont piétiné encore une fois Le droit des pères

Ils nous ont posé Toi et moi sur le bord Comme deux serpillières Et merde au droit des pères !

Si je t’écris aujourd’hui C’est que tu dois savoir Qu’ils ne m’ont laissé Que le droit de hurler Ton prénom dans le vent J’ai perdu la plus importante De mes guerres Te voir grandir tous les jours Mon enfant

Nous sommes des milliers de pères Le nez dans la poussière Les milliers qu’ils ont jeté Dans ce cachot, ce piège à rat, cette misère Des milliers à pleurer Madame la justice, enlevez vos oeillères Des milliers à mendier Notre droit des pères

Je m’en vais dans ma nuit Non, je ne te laisse pas Non, je veille de loin Puisque c’est le seul de mes droits J’aurais toujours une main sur le coeur L’autre sur ton épaule Je viendrais te renifler De loin, à la sortie de l’école

Mon amour Ils ne m’arracheront pas ça Ni eux, ni ta pauvre mère Mes yeux de père

Mon amour Sache que mes mains se seront déchirées Sur l’infranchissable barbelé D’une machine à fric Qu’ils appellent justice La plus vieille des putes À la raie je lui pisse

J’ai cette envie de meurtre Au fond de ma colère Je ne poserai pas de bombes Non, ça me dégoûte Il n’y a rien de plus bas Tu sais Celles qui arrachent Les jambes et les bras Elles n’arracheront jamais le coeur De ceux qui n’en ont pas Tu sais Ceux qui nous offrent Des miettes de jours pour tous les deux Chaque mois

J’ai cette envie de meurtre Au fond de ma prière Ils m’ont volé Mon droit de père


Comme régulièrement, je viens reparler du SAP pour soutenir Jo dans son combat .
Repost 0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 14:19
Repost 0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 13:45
J'ai sans doute déjà posté ce clip, mais c'est tellemnt d'actualité!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 Y En A Qui...

Yves Jamait



Le matin, quand je me réveille,
J'ai du mal à quitter Morphée
Pour aller justifier la paye
Que mon patron peut s'octroyer
Cà n'est pas vraiment que je tienne
A continuer de l'engraisser
Mais aussi petite soit la mienne (de paye)
J'en ai besoin pour bouffer
Je fais des trous dans ma ceinture
Un par jour pour mieux gérer
Le minimum que cette enflure
Se croit obligé d'me céder

Y en a qui s'ront jamais dans la *****
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et ce sont souvent ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent

Je le croise devant l'usine
Dans sa belle BMW
Dans sa Porsche ou bien son Alpine
Suivant ce qu'il a motivé
Moi je gare mon vélo
Depuis qu'ils ont décidé
Afin de relancer l'marché d'l'auto
D'interdire aux poubelles de rouler
Il a les fringues toujours impec'
Les mains propres et jamais tachées
Moi, mes paluches, je bosse avec
Et mes neurones sont élimés

Y en a qui s'ront jamais dans la *****
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et souvent ce sont ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent

Il a des potes en politique
Des plantes grasses à arroser
De celles qui jamais ne lui piqu'
‘eront le coeur de son chéquier
Ils ont le cumul sympathique
De maire et de député
Ils ont la morale cathodique
Et le chômage suranné
Et peu importe l'ascenseur
Qu'ils aiment à se renvoyer
Peu importe puisque l'erreur
C'est qu'on est trop dans l'escalier

Y en a qui s'ront jamais dans la *****
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et souvent ce sont ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent

Combien de temps encore, va-t-on se laisser faire
Combien de temps encore, sans rien faire...
Combien de temps encore, va-t-on se laisser faire
Combien de temps encore, sans rien faire...

Y en a qui s'ront jamais dans la *****
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et souvent ce sont ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent

Y en a qui s'ront jamais dans la *****
Y en a qu'auront jamais d'problèmes
Et souvent ce sont ceux-là même
Qui nous dirigent et qui nous gouvernent
Repost 0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 09:53
Yes, ça bouge !
Repost 0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 16:42
un super beau film !
Repost 0
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 09:57
Télégramme 2003 Thiéfaine
J'ai très souvent pensé à toi
Depuis ce matin de juillet
Où je t'ai vu traîner ta croix
Pendant que les idiots causaient
Le chagrin joue avec les lois
& les lois jouent avec nos plaies
Les salauds sont pas ceux qu'on croit
Quand tout bascule à l'imparfait

Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Ronge tes barreaux avec les dents
Tes amis deviennent impatients

J'imagine ton coeur & ton corps
Piétinés au fil des journées
& je te vois dans un remords
Imprimé pour l'éternité
Je rêve pour toi de réconfort
D'amour et de fraternité
Si tu pouvais sourire encore
Quand tes larmes seront séchées

Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Ronge tes barreaux avec les dents
Tes amis deviennent impatients

Tu as perdu ton bel amour
Tu as perdu tes rêves d'enfant
& tu passes à travers le jour
Pâle, éphémère & transparent
Il faut penser à ton retour
Dans l'univers des survivants
Villon prisonnier de la tour
Qui sera ton Charles d'Orléans
 
Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Ronge tes barreaux avec les dents
Tes amis deviennent impatients
Paroles Mania
Repost 0