Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 15:29

« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir. »
Matisse
« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir. » de Matisse

Repost 0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 15:02

En ce moment, en Belgique, l'émoi est grand, suite à la décision du tribunal d'application des peines de libérer Michelle Martin  comme le prévoit la loi belge après qu'un condamné est purgé la moitié de sa peine et qu'il montre de sérieuses possibilités de réinsertion.

Le couvent des clarisses à Malonne près de Namur a accepté d'accueillir Michelle Martin.

Les familles des victimes de Dutroux et Michelle sont sous le choc et n'acceptent pas cette décision, ni 93% des belges . De nombreuses manifestations sont organisées autour du couvent de Malonne.

Michelle Martin est coupable d'avoir laissé mourir de faim Julie et Mélissa agées de huit ans alors qu'elle étaient emmurées vivantes dans une cache de la cave. Elle est aussi complice des enlèvements et viols de quatre autres fillettes deux décédées et deux libérées.

Elle est surtout coupable de n'avoir rien dit, rien fait, d'avoir laissée faire et regarder faire un monstre dont elle était amoureuse, amour aveugle et fou qui lui a enlevé toute conscience du mal fait à autrui et toute sensibilité, toute émotion face à la détresse des petites filles.

Alors que Dutroux était en prison, elle était la seule personne au monde en capacité de sauver Julie et Mélissa cachée dans la cave, mais elle les a laissées là, mourir d'angoisse et de faim.

Qu'a-t-elle fait ? RIEN.

Son crime : LACHETE, ABSENCE DE CONSCIENCE ET D' EMOTION !

Coupable de RIEN, en effet, mais, un rien tellement porteur des plus bas instincts de l'homme , la lâcheté. Lâcheté à un tel niveau que le plus minable d'entre les humains ne peut imaginer possible. Avait-elle peur de la justice ? Avait-elle peur de Dutroux qui était en prison pour trois mois ? Etait-elle simplement insensible ? Pensait-elle parfois aux petites qui agonisaient doucement ? N'y pensait-elle même pas ? Comment un être humain peut-il en arriver là ? ça fait peur ..................

Ce qui sépare le héros du lâche, c'est que, un moment donné, le coeur est plus fort que la peur. Et, quelquesoit le risque encouru, un homme, une femme va se lever, se mettre en péril parce qu'il ne supporte plus la souffrance ou l'injustice faite à autrui. C'est ce qui est arrivé pendant la seconde guerre mondiale où de simples gens se sont conduits en héros, car ils ne pouvaient laisser massacrer des gosses juifs ou autres.

Au fond, nous sommes tous des lâches et nous ignorons notre capacité d'héroïsme si nous ne sommes confronté à un cas de révolte extrême face à l'injustice.

Mais, il est inimaginable que 99.99 % des êtres humains, aussi nuls soient-ils, n'auraient libéré Julie et Mélissa s'ils avaient eu connaissance de leur cachette. 99.99 % de l'humanité sauf Michelle Martin et un pervers comme Dutroux...

Repost 0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 18:15

C'est consternant de découvrir comment les gens peuvent être méchants.

Non contents d'être arrivistes et opportunistes, il faut absolument qu'ils écrasent les autres, surtout ceux qui voient clair dans leur jeu. Mais, la méchanceté qui les rongent, c'est vraiment épouvantable.

Prêts à envoyer les gens dans les tribunaux avec des procédures aussi inutiles que coûteuses.

Tout ça avec de l'argent public ! Pourquoi pas ? Pourquoi on se gênerait, on a la carte du bon parti dans la poche, alors, allons-y le boss nous protège ...

Et, d'ailleurs, on va se présenter aux élections.

Eh, oui, nos élus se prennent au jeu du pouvoir et sont sûrs d'être entourés de gens sérieux et compétents...

Pauvres hommes cabotins . Ce sont juste tes "fous du roi" faisant des pirouettes devant ton nez pour t'occuper et te détourner des vrais problèmes.

Mais, après tout, les hommes de pouvoir ont la cour qu'ils méritent.

Les courtisans (suite des serviles)

Les serviles

Repost 0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 21:54

En choisissant les personnes les plus malléables pour les placer à la têtes de leurs structures, en les surpayant et en les attirant dans leurs cercles, les élus ont assujetti les organismes financés par les fonds publics. Mais, à force de s'entourer de serviles, ils éloignent les gens compétents. A force de flatteries hypocrites, ils se croient tout puissants, invincibles, jusqu'à la chute....Car, un élu se doit de servir et non de régner.
Les serviles sont-ils donc plus nombreux que les citoyens honnêtes ? Suis-je une irrémédiable naïve ?

Repost 0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 10:11

390937_2580234678094_1621240150_2492402_675536842_n.jpeg

Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 14:29
Après le désespoir des singes de Françoise Hardy, voilà que je lis "Si c'est un homme .............." de Primo Levi. Rien à voir entre les deux bouquins, entre les deux récits.

Que dire de Primo Levi, cet homme qui a vécu l'ignoble et l'inhumain, qui s'en est sorti et qui s'est finalement donné la mort 40 ans plus tard.

Que dire du bouquin ? Ffffffff...... Dur ............... Fort.................. Violent.............. Magnifique............. Déprimant.................... Aggripant.............

Récit superbement écrit, description des lieux, des actes, des situations, des êtres finement ciselée , des mots qui ne suffisent pas mais qui en disent bien plus que tous les films et documentaires que nous avons pu voir sur le sujet des camps de concentration.

Plongeon dans l'horreur humaine ! " Ce qu'un homme peut faire à un autre homme .... ! "

Et, comment la plupart d'entre nous perdrait ses valeurs et ses principes dans de telles circonstances, que dis-je la plupart. Chacun de nous deviendrait lâche et moche dans une telle situation.

Bref, je n'ai pas de mots pour commenter...............

Pourquoi lire ça en ce moment d'été et de vacances ? Par hasard, ce bouquin m'est tombé sous la main et je n'avais rien d'autre à lire. Mais, c'est une oeuvre magnifique ... et désolante.

"Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis,
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meurt pour un oui ou pour un non.
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces mots dans votre coeur.
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant;
Répétez-les à vos enfants.
Ou que votre maison s'écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous"
Repost 0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 11:30
Hier, on a regardé Séraphine sur Belgacom télé.
Que dire ?......... du grand Yolande Moreau, yapa !
Un rôle fait presque sur mesure pour une actrice atypique et étonnante. Une histoire vraie qui, malgré une bien triste fin , ne nous laisse pas triste .... beaucoup de poésie, dans les images, les prises de vue, de longs silences parlants. Un bon film, quoi !
Moi, j'aime bien ces rôles de femmes qui sont autre chose que des objets de convoitise et qui jouent autre chose que des histoires d'amour.
Est-ce à dire que lorsqu'on n'est ni jolie, ni mince, on ne peut pas jouer des histoires d'amour ? ?????
Repost 0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 11:16
et autres bagatelles...
C'est le bouquin de Françoise Hardy que je viens de terminer.
Compliquée, cette Françoise Hardy et cette vie qu'elle raconte en mêlant une infinité de détails à une grande profondeur de reflexion, presque trop intellectuelle, un peu fatiguant parfois.
Une analyse systématique des évènements, des faits, des relations humaines.
Parfois, on a envie de noter une remarque ou une citation tant ça va loin et en fait, il faudrait vraiment la noter car on n'est incapable de la redire de tête et ça demande reflexion et parfois, elle noie le poisson de ses méditations dans des petites infos sur tel ou tel ou sur elle-même qu'on aimerait mieux ne pas savoir.
Cela dit, ça n'empêche pas d'aimer sa voix et ses chansons, mais, sa vie, sa personnalité sont envahies de cette mélancolie, ce regard en distance, cette sorte de desespérance, ces amours qui ne l'ont jamais vraiment rendue heureuse et cette lucidité sur tout et sur elle- même et jamais d'humour.
Moi, je dois dire que ça me fout un peu les boules.
Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 09:18
Henin, ma ville, là où je suis née et là où j'ai grandi, là où mes grands-parents et mon frère sont enterrés.
Henin, ville où des politicards ripoux et sans scrupule ont investi les lieux, ont tenu la ville en otage et ont dilapidé les impôts des braves gens.
Aujourd'hui, les citoyens héninois votent, leur écoeurement va -t-il les faire voter Marine ?
Marine, un si joli prénom pour de si vilaines idées sur le monde et  la société.
Ce front qui s'épanouit dans la fange et la déconfiture locale, que dis-je, la pourriture ambiante.

Y aura-t-il un sursaut des héninois ? Laisseront-ils ce sentiment de dégout et de rejet donner la victoire à des gens qui ne sont à Henin-Beaumont que parce qu'il y a du blé à moudre, du pouvoir à prendre ?

J'ignore si la liste Duquenne d'alliance républicaine saura faire ses preuves et rendre sa dignité aux dirigeants locaux, à la bonne gouvernance comme on dit en Belgique.
 Mais , j'espère quand même qu'ils passeront.

Ah, non, pas ce front malsain !!!!! Pitié, pas ce front malsain !
Repost 0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 08:54
A l'occasion du carnaval de Tournai, ce week-end, les nayades du rond point de l'Europe ont revêtu leur joli costume en plastique jaune et rouge. Mais, malheureusement, on ne sait pas pourquoi, les jets d'eau ne fonctionnent pas ??
Repost 0